INTERVIEW

 

Saya a découvert la photographie en devenant photographe de mode. Elle réalise en 2009, une série de portraits Human Beauty qu'elle expose à San Francisco. Soif de rencontres, elle devient photojournaliste pour une association et réalise des portraits de réfugiés d'Asie du Sud-Est.

 
portrait - saya-wedding-photographer-paris-

COMMENT DEFINIS-TU TON TRAVAIL ARTISTIQUE ?

En devenant photographe de mariage, j'ai dû faire une rétrospective sur ma carrière artistique. Je voulais qu'on retrouve dans mes reportages la même signature esthétique et émotionnelle que dans mes séries personnelles. Mon univers était bien dessiné, les gens me définissaient de mystérieuse à l'univers romantique et intime. En commençant ma série Human Beauty, l'essentiel pour moi était de capturer l'âme de mon modèle. Au quotidien, je photographiais les plus belles filles d'agences de mannequins et ces dernières sont encore plus délicates lorsqu'elles s'abandonnent et me montrent réellement qui elles sont. Leur regard, leur attitude et la lumière sont alors sublimés par la simplicité de l'image. Je ne m'étais jamais définie comme une photographe de mode, mais comme une PORTRAITISTE de mode, c'est alors que j'ai compris que c'était ça que je voulais donner à mes amoureux, non seulement un reportage de mariage mais le service d'un photographe portraitiste de mariage, capturant de belles images en retranscrivant les émotions de l'instant.

Je voulais donner à mes amoureux, non seulement un reportage de mariage mais le service d’un photographe portraitiste de mariage, capturant une belle image en retranscrivant les émotions de l’instant.

Je n'ai jamais donné le plus d'importance à la technique car seule pour moi l'émotion d'une image reste intemporelle. De plus, une émotion n'a jamais été aussi forte que devant une image qui parle d'elle-même par sa pureté de sa simplicité.

 
Je souhaitais me livrer à vous à travers une interview. Une manière plus intime de vous dévoiler ma personnalité, mon univers et ma façon de travailler.

Comment construis-tu ta relation AVEC TES CLIENTS ?

Je rencontre souvent des couples qui appréhendent la séance photo. Ils ne sont pas mannequins, me disent-ils ou pas habitués à l'appareil photo. C'est pour cela qu'il est important pour moi que nous nous choisissons mutuellement. Être leur photographe de mariage, c'est pour moi savoir créer une relation avec le couple, et comme dans toutes relations, un rapport de confiance est nécessaire. Puis, commence mon travail de reporter : nous prenons le temps de nous connaître, nous nous rencontrons et j'enquête sur leur personnalité. C'est une relation éphémère qui commence à naitre dès le temps des préparatifs du mariage et qui vit jusqu'au jour J. C'est une histoire que nous écrivons ensemble, car mes images retranscrivent leur amour et leur émotion. C'est un réel privilège d'être le photographe de leur mariage : être proche du couple physiquement mais aussi humainement et émotionnellement. 

EST-IL IMPORTANT POUR TOI DE DÉVELOPPER TON TRAVAIL ARTISTIQUE PERSONNEL ?

J'ai commencé la photo, adolescente, en réalisant de simples portraits avec un appareil Polaroïd. L'insouciance de la jeunesse m'a permis à 21 ans de signer mon premier contrat pour une exposition de 4 ans dans une galerie à San Francisco, j'ai eu vraiment beaucoup de chances dès mes débuts de pouvoir partager ce qui me passionnait. Puis, l'usine Polaroïd a fermé ses portes et comme un enfant qui n'avait pas peur de tomber et de se relever pour renouveler une chute, on finit par prendre conscience, puis cette conscience finit par vous paralyser. J'ai eu une mort artistique très longue, 6 ans à faire le deuil de mon compagnon d'art, à me remettre en question et à redouter l'attente des gens qui me suivaient depuis mes débuts. J'appréhendais tellement l'appareil numérique. Un jour je me suis rappelée comment tout avait commencé - j'avais écouté mon coeur. Depuis ce jour, je l'ai libéré à nouveau, je l'ai laissé s'ouvrir, s'exprimer, parler et me voilà aujourd'hui à témoigner d'une dizaine d'histoires d'amour à travers mes images.